Actualité

myrollerderby.com

Bonnie Tagueule en équipe de France

15 oct. 2019
par My Roller Derby

 

Il y a quelques semaines, notre impatience a finalement été soulagée et c’est avec des roulements de tambours qu’on découvrait enfin la liste des joueuses composant la nouvelle équipe de France féminine de roller derby.  Issues de ligues situées aux quatre coins de la France et au delà  (Lille, Toulouse, Lyon, Paris, Nantes, Mérignac, Lomme, Montpellier, Clermont ferrand, Tours et Bruxelles), ce sont trente-cinq joueuses au total qui ont été sélectionnées. Parmi elles, des titulaires, des noms déjà bien connus du derby français, qui faisaient déjà parti de la ou des précédente(s) équipe(s) de France et qui sont prêtes à porter de nouveau le bleu, le blanc et le rouge à la prochaine coupe du monde. Mais aussi des nouvelles recrues, des figures montantes, qui ont fait leurs preuves aux tests de sélection qui avaient lieu cet été.

C’est l’une d’entre elles que nous avons décidé d’interviewer cette semaine pour un nouveau portrait de joueuse. Rencontre avec le numéro 141, Bonnie Tagueule bloqueuse émérite pour l’équipe All star des Paris Roller Girls.

 

© insane motion 

Bonnie, qui es-tu, d’où viens-tu et que fais-tu ?

Je m’appelle Anaïs, j’ai commencé le derby en 2013 au Roller Derby Caen avant de transférer à Paris. C’est à Caen qu’on m’a trouvé le nom de Bonnie Tagueule en référence à notre très chère Bonnie Tyler, suite à un karaoké... Aujourd’hui on m’appelle plutôt Bobo! Et cette année j’entame ma deuxième saison avec les Paris Rollergirls en tant que bloqueuse.

 

Tu viens donc d’intégrer l’équipe de France, peux-tu nous en dire plus sur ta candidature et sur le stage des sélections et dans quel état d’esprit tu t'y es présentée ? Des anecdotes pendant ce week end ?

La première étape, c’était de préparer un dossier de candidature à présenter au staff de l’équipe de France. On s’y est mis à plusieurs, avec d’autres filles qui voulaient se présenter, pour s’entraider. J’ai été appelée sur l’un des deux stages de détection, celui de juillet, auquel une trentaine de joueuses participaient.

L’envie de me présenter était en moi depuis un moment, mais je suis allée au stage sans me mettre trop de pression, avec l’envie de me challenger et de me faire plaisir. Nous étions plusieurs joueuses des PRG à faire le voyage ensemble, toutes soudées, avec pour objectif de donner le meilleur de nous.

Et pour la petite anecdote, à peine l’échauffement commencé une de mes roues s’est cassée, j’ai donc dû en urgence en emprunter une à une coéquipière et dans la précipitation je me suis pas rendue compte qu’elle était plus haute que les miennes, et j'ai joué toute la matinée comme ça!